Photos

Vous autres ! Prosternez-vous devant moi tous mes Hommes,
Et venez à mes pieds que je vous humilie !
J'ai le coeur fracassé et c'est vous qui paierez, en rien je ne pardonne
Il a suffi d'un seul qui me fît me courber pour que je plie mon lit

Dans un fauteuil de soie fauve, je suis nue, me prélasse,
Je hume des flacons d'élixir, des parfums enhivrants,
De recettes magiques et des nuées d'enscens,
Qui s'allangissent sur les formes, les sculptures et les glaces,

Vous rampez devant moi et me baisez les pieds,
Tour à tour implorant... Je ne relève pas, parfois j'afflige,
Et plus lourd sera votre tourmant, plus mortelle ma fierté,
En place et lieu du coeur ne reste qu'un scorpion qui de ses yeux vous fige,

Venez! Embrassez mes chevilles et mes mains, Mes hardis mercenaires,
Hummmm, vous m'aimez, je le vois, continuez sans trêve,
Mille guerres ne vous feront pas plus de mal que moi et vous perdrez vos nerfs,
Jamais vous ne vaincrez, vous deviendrez poussière avant que je me lève.

 

RETOUR